Des traces d’iodes radioactif dans le lait en France et aux USA

Des échantillons de lait français et américain contienent des traces d’iode 131, suite au nuage radioactif en provenance de Fukushima. Les doses sont néanmoins largement en dessous de celles observées après Tchernobyl et ne seraient pas toxiques.

Découvrez les secrets de la radioactivité

De l’iode 131 a été détecté dans des échantillons de lait en France et aux États-Unis, rapportent simultanément l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et l’Environmental Protection Agency américaine. Les résultats d’analyses confirment que cet isotope radioactif provient des rejets de la centrale nucléaire de Fukushima. Les doses retrouvées sont toutefois très faibles et non-toxiques.

L’analyse d’échantillons de lait effectuée le 25 mars en Loire-Atlantique par l’IRSN fait état d’un taux inférieur à 0,11 becquerel par litre (Bq/l). Des prélèvements opérés à la même date à Spokane, dans l’État de Washington, situé sur la côte ouest des États-Unis, montrent un taux de 0,029 becquerel par litre.

Ces résultats sont supérieurs à la normale puisqu’en temps ordinaire aucune trace d’iode 131 ne doit être décelable dans le lait. Ils demeurent toutefois « 5.000 fois inférieurs au taux d’intervention déterminé par la Food and Drug Administration (FDA) », indiquent nos confrères du New York Times. Ce seuil à ce jour est établi à 170 becquerels par litre.

Be Sociable, Share!

This entry was posted on dimanche, avril 3rd, 2011 at 10 h 32 min and is filed under La science. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply